Category:

Atelier Castor, 20 juin, ENSAL

mai 16th, 2024 by

L’atelier castor : un moment expérimental de tables-rondes de 3-4 personnes afin de travailler sur les barrages que rencontrent les doctorant.e.s concernant la problématique, les hypothèses de terrain, l’état de l’art, le plan, etc. Cet...

Lyon confinée… Confiné·e à Lyon ?

mai 14th, 2024 by
Photographies de Stéphane Autran prises pendant le premier confinement

Séminaire inter-Ateliers

Faire territoire, faire société & Objets et urbanisation

 

Lundi 10 juin 2024 (14-17h)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604 (6eme étage du bâtiment)

 

Dans le cadre d’une initiative portée par le Studio Expériences sensibles & Recherches urbaines (labex IMU), plusieurs membres des deux ateliers organisateurs de cette séance de séminaire (Manuel Appert ; Dominique Chevalier ; Geoffrey Mollé) sont engagés, avec Oscar Barnay (architecte, docteur ENSASE) et Stéphane Autran (géographe/photographe) dans un projet de recherche dont la thématique est Lyon confinée. Nous y travaillons depuis deux ans à partir d’un corpus de plus de 4000 photos commandées par IMU et réalisées par Stéphane.

Nous sommes actuellement en train de valoriser ce matériau.

 

L’objectif de ce séminaire est de vous présenter ce travail.

Dans la poursuite du format “cuisine de la recherche” et du séminaire portant sur la photographie, organisé il y a maintenant 6 ans, l’idée est de tester les différents dispositifs méthodologiques que nous avons mis au point. Cette pluralité de regards sur le confinement est canalisée par un dispositif triple que nous souhaiterions également mettre en œuvre pendant la séance.

  • Le premier temps sera dédié à une phase de réactions face à plusieurs photographies de Stéphane Autran sélectionnées sur le mode du principe élicit.
  • Le deuxième s’effectuera sur le même principe, mais cette fois face à plusieurs diptyques voire triptyques avec les photos de Stéphane et à côté des images prises par Oscar Barnay au printemps 2024 dans l’esprit d’une reconduction des prises de vue.
  • Le troisième supprimera les images et fera appel à la mémoire des personnes présentes à partir du remplissage d’un petit carnet de souvenir que nous souhaiterions recueillir en fin de séance.

Nous vous espérons nombreux et nombreuses pour cette séance !

Inventaire critique d’objets urbains en Anthropocène – séminaire : 21 mai

avril 30th, 2024 by
Parking vélos, Ourense (Espagne), 2023 ©S. Vareilles

Mardi 21 mai 2024, 14h30-16h30, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire/séance de travail sur la réalisation d’un inventaire

L’atelier Objets et urbanisation se lance dans la réalisation d’un inventaire : l’Inventaire critique d’objets urbains en Anthropocène. Cet inventaire s’inscrit dans la continuité des travaux de l’atelier depuis 2021. Il s’intéresse aux objets urbains (au sens large) et à leurs rapports à l’urbanisation. Il vise à répondre à une double question : de quelles manières ces objets font ou contribuent à faire les villes et les pratiques urbaines ?

S’inspirant d’inventaires existants[1], cet inventaire cherche à construire un espace commun d’échanges et de discussions autour de ces questions. Les points de vue adoptés seront ainsi pluriels ; cette pluralité concernera à la fois les objets urbains étudiés (des grands, des petits, des simples, des sophistiqués, des anciens, des nouveaux, etc.), les supports utilisés (textes, photos, dessins, audio, etc.), les cades d’analyses mobilisés (notamment disciplinaires) et les éléments mis en avant (rapports des objets aux processus de conception, aux pratiques sociales, aux imaginaires, etc.). Cet inventaire se saisira en particulier de l’actualité que constitue l’Anthropocène, comme modifications importantes de nos conditions urbaines.

La séance du 21 mai a pour objectif d’avancer sur la réalisation de cet inventaire.

Programme de la séance du 21 mai, 14h30-17h30

  • Présentation de l’inventaire, propositions de format d’édition et discussions
  • Mise en pratique avec un premier projet de notice : « Dessin » par Luna D’Emilio et Rovy Pessoa Ferreira
  • Discussion sur d’autres projets de notice

Plus d’informations / contacts : Sophie Vareilles (sophie.vareilles@insa-lyon.fr), Marie Goyon (marie.goyon@ec-lyon.fr) et Luna D’Emilio (luna.demilio@lyon.archi.fr)


[1] Par exemple : Le magasin du monde (Singaravélou, Venayre, 2020), Carnets Kanak (Boulay, 2020) et Feral Atlas (https://www.feralatlas.org/).



Citer ce billet
Sophie Vareilles (2024, 30 avril). Inventaire critique d’objets urbains en Anthropocène – séminaire : 21 mai. Objets et urbanisation. Consulté le 30 avril 2024, à l’adresse https://objeturba.hypotheses.org/900

Mot des représentant.e.s des doctorant.e.s EVS

avril 26th, 2024 by

Bonjour à toutes et à tous, Depuis maintenant plus d’un mois, nous avons pris nos fonctions en tant que représentant.e.s des doctorant.e.s du laboratoire EVS. D’abord, nous tenons à remercier celles et ceux ayant...

Intervention à destination des doctorant·e·s EVS « The sharpest tool in the shed : Communiquer, comprendre et réagir en anglais dans la recherche » – 14 mai 2024 (14h)

avril 16th, 2024 by

Bonjour à toutes et à tous,  Le mardi 14 mai prochain à 14h aura lieu une intervention portant sur l’anglais dans le cadre d’évènements scientifiques, à destination des doctorant·e·s d’EVS. Elle sera présentée par Blandine Demotz...

3 mai – séminaire doctoral annuel “Flux et circulations”

avril 15th, 2024 by
Centrale électrique de Martins Creek et Bangor (@martinadams @Unsplash)

L’Atelier organise le vendredi 3 mai une journée de présentation des travaux doctoraux en cours. La journée débutera à 9h30 pour s’achever à 16h30, et se déroulera à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne (Amphitheatre 104, Espace Fauriel, plan d’accès sur https://www.mines-stetienne.fr/plans-dacces/ ). Nous aurons le plaisir d’écouter et de discuter avec Enora Barrau (EMSE), Maïlys Genouel (ENS de Lyon), Romain Guillerm (EMSE), Mathilde Hermelin-Burnol (Lyon3) et Rachel Seillier (EMSE). Une visioconférence sera disponible pour celles et ceux qui ne pourront être présent.es sur place. Le lien sera communiqué par mail sur demande.

Programmes des interventions:

9h30-10h30: Enora Barrau (EMSE) – Trajectoires low-tech de filières de gestion des déchets : positionnement de l’évaluation environnementale par analyse du cycle de vie

10h30-11h30: Maïlys Genouel (ENS) – Quand un risque en cache un autre : les pollutions causées par les inondations urbaines représentent elles un problème pour les gestionnaires québécois et français ?

11h30-12h30: Romain Guillerm (EMSE) – Une méthodologie de construction de scénarios low-tech prospectifs à travers l’étude de filières pain

12h30-14h00: Pause déjeuner

14h-15h: Mathilde Hermelin-Burnol (Lyon 3) – Prévenir les riverains ou se prévenir des riverains ? Gestion locale du risque pesticides et inégalités environnementales

15h-16h: Rachel Seillier (EMSE) – Using bioavailability assessement to better diagnose the contamination potential of industrial territories

16h-16h30: conclusion du séminaire et point sur les actualités de l’Atelier Flux et Circulations

Violences conjugales, contrôle spatial et responsabilité de l’État (Marion Tillous, mercredi 27 mars 2024)

mars 31st, 2024 by

Dans le cadre de l’Atelier Faire territoire faire société et Recherches pluridisciplinaire de l’UMR EVS, le Collectif de recherche “Espaces Critiques” présente sa première séance de séminaire :

Violences conjugales, contrôle spatial et responsabilité de l’État

Marion Tillous
(Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis ; Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité – UMR 8238)

Le mercredi 27 mars 2024, 17h-19h
Bibliothèque Chevreul (Rez-de-chaussée)
(10 rue Chevreul 69007 Lyon)
==> inscription : espaces-critiques@riseup.net

Résumé : Les violences conjugales fonctionnent comme un piège qui se referme autour de la victime, y compris de manière très concrète et spatiale : celle-ci est peu à peu empêchée de se déplacer et son territoire de vie se réduit à mesure que les violences augmentent, conduisant à ce qu’Eva San Martin (2019) appelle la « déprise spatiale ». Le contrôle spatial qu’exerce le partenaire violent traverse les différentes échelles spatiales, et fait écho aux autres formes de violences de genre qui adviennent dans les espaces publics ou intermédiaires (au travail, chez le médecin, à l’école, etc.), constituant avec elles un continuum spatial des violences de genre.

Les réponses de l’Etat face aux violences conjugales semblent aujourd’hui se multiplier, nous nous demanderons donc s’il est toujours possible d’affirmer, avec Birgit Sauer (2020), que celui-ci « délègue et décentralise la violence aux pères de famille » ? Nous envisagerons le rôle de l’Etat dans la division entre (espaces) public et privé, dans la consolidation de l’idéologie de l’amour et du couple, dans la réponse sécuritaire apportée par un organe (les forces de l’ordre) à la fois chargé d’un rôle de protection et d’enquête, et dans la précarisation sociale dont les conséquences sont fortes sur les parcours de sortie des violences.

Dans le cadre de la publication des ouvrages :

  • “Espace, genre et violences conjugales. Ce que révèle la crise de la Covid-19”, 2022.
  • “Avec, sans ou contre. Critiques queers/féministes de l’État”, 2020.

Plus d’informations sur le collectif Espaces Critiques : https://espacescrit.hypotheses.org/

Plus d’informations sur l’ANR Co-Vi-Co : https://anrcovico.hypotheses.org/

Conférence – La circulation des modèles d’écoquartier dans les processus de projet : le cas de l’écoquartier de la Brasserie (Strasbourg)

mars 27th, 2024 by
L’écoquartier de la Brasserie, Strasbourg ©Cazeaux, 2022, pour Proseco

Mardi 30 avril 2024, 12h30-13h30, salle IOA, 1er étage, INSA Lyon, bâtiment E. Freyssinet, 8 rue des sports, 69 100 Villeurbanne

Conférence de Mathilde Girault, chercheuse, UMR 5600 EVS

Dans le cadre des midis de l’aménagement, organisés par le département GCU et la composante EVS de l’INSA Lyon, nous recevrons Mathilde Girault, chercheuse au sein du laboratoire EVS pour nous parler des projets d’écoquartiers.

À partir d’un cas d’étude typique de renouvellement urbain par un projet d’écoquartier sur un ancien site industriel  (l’écoquartier de la Brasserie à Strasbourg), cette intervention sera l’occasion de dresser un rapide aperçu de la démarche Ecoquartier. Qu’est-ce qu’un écoquartier ? Nous étudierons ensuite comment s’opère globalement un processus de projet dans le cadre d’un renouvellement urbain (étapes, domaines d’intervention et système d’acteurs)Enfin, l’écoquartier de la Brasserie constitue un exemple de circulation d’un modèle d’écoquartier, importé de Suède et d’Allemagne. À partir de photographies et de discours d’acteurs du projet, nous comparerons les esthétiques architecturales et paysagères, ainsi que la morphologie urbaine de ces écoquartiers avec celles de la Brasserie. 

***

Contact : Chantal Berdier, chantal.berdier@insa-lyon.fr



Citer ce billet
Sophie Vareilles (2024, 27 mars). Conférence – La circulation des modèles d’écoquartier dans les processus de projet : le cas de l’écoquartier de la Brasserie (Strasbourg). Objets et urbanisation. Consulté le 28 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w490

Conférence – Les enjeux socio-spatiaux des projets d’aménagement urbain des bidonvilles de Rio de Janeiro au Brésil

mars 27th, 2024 by
Favela Dona Marta, Rio de Janeiro ©Vanessa Bacrot-Lacerda, n.d.

Mardi 9 avril 2024, 12h30-13h30, salle IOA, 1er étage, INSA Lyon, bâtiment E. Freyssinet, 8 rue des sports, 69 100 Villeurbanne

Conférence de Vanessa Bacrot-Lacerda, chercheuse, UMR5600 EVS

Dans le cadre des midis de l’aménagement, organisés par le département GCU et la composante EVS de l’INSA Lyon, nous recevrons Vanessa Bacrot-Lacerda, enseignante-chercheuse à l’INSA Lyon et à EVS pour nous parler des projets d’aménagement des favelas à Rio de Janeiro.

La ville de Rio de Janeiro, au Brésil, présente de nombreux enjeux dans l’aménagement urbain, vis-à-vis de fortes inégalités socio-spatiales dans l’ensemble du territoire « carioca ». Les 763 communautés populaires, officiellement appelées « favelas » depuis le dernier recensement de 2022, concentrent environ un million et demi d’habitants (IBGE, 2010). À partir de l’étude de cas de Rio de Janeiro, V. Bacrot-Lacerda montrera comment la ville fait face aux défis socio-spatiaux, au travers de différents projets d’aménagement urbain réalisés dans les « favelas » depuis les années 1990.

***

Contact : Chantal Berdier, chantal.berdier@insa-lyon.fr



Citer ce billet
Sophie Vareilles (2024, 27 mars). Conférence – Les enjeux socio-spatiaux des projets d’aménagement urbain des bidonvilles de Rio de Janeiro au Brésil. Objets et urbanisation. Consulté le 28 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w48z

Ecologies au travail, ENSAL 29 mars

mars 26th, 2024 by
Couverture du livre Reprendre la terre aux machines, L’Atelier Paysan

Un cycle de conférences Ecologies au travail (mars-mai 2024), organisé à l’ ENSAL, LAURe-EVS par Sandra Fiori, Théo Fort-Jacques, Gilles Malzac et Lisa Rolland est ouvert aux membres de l’UMR.

Vendredi 29 mars, 10h30-12h30, ENSAL (salle 10)  
Première conférence du cycle Ecologies au travail organisé à l’ENSAL dans le cadre des séminaires de master  “L’architecture au travail” (domaine d’étude ALT) et “Attaquer le fragment, fragmenter l’attaque” (domaine d’étude geoARCH).
Ce cycle s’attache à la compréhension critique des conditions de production de l’architecture à partir de réflexions récentes qui, dans d’autres domaines (l’économie politique et du droit, la philosophie…), font valoir un changement de perspective radical sur les rapports que notre société entretient au vivant, aux ressources, à la technique, à la collectivité et à la propriété.
Les écologies dans lesquelles s’ancrent les travaux des invité.es interrogent en cela le rôle politique de l’architecte dont le travail, lié à la fabrique des espaces de vie, s’inscrit par ses mots comme par sa pratique dans un ensemble de rapports sociaux et de médiations techniques.

Travailler la terre. Les technologies agricoles contre l’autonomie paysanne ?
conférence de Thomas Borrell, chargé de mission scientifique au sein de l’Atelier Paysan,
où il anime l’Observatoire des technologies agricoles.
L’Atelier Paysan (www.latelierpaysan.org/) est une coopérative qui milite pour un changement radical de modèle agricole et alimentaire passant par la généralisation d’une agroécologie paysanne. Elle accompagne les agriculteurs et agricultrices dans la conception et la fabrication de machines et de bâtiments basées sur l’autonomie technique et la réappropriation de savoirs et savoir-faire paysans. C’est à partir de cette expérience que l’Atelier Paysan a développé une analyse du rôle des technologies agricoles dans l’industrialisation de notre agriculture et une critique des impasses stratégiques de certaines alternatives, détaillées notamment en 2021 dans le manifeste  Reprendre la terre aux machines (éditions du Seuil) et dans le rapport Observations sur les technologies agricoles.

Conférences à venir
02 mai 18h-20h

Léna Ballaud, ingénieure agronome, agricultrice et chercheuse indépendante en philosophie politique, co-autrice de  Nous ne sommes pas seuls avec Antoine Choupot (éd. du Seuil, 2021)

16 mai 18h-20h
Paul Guillibert, docteur en philosophie, auteur aux Éditions Amsterdam de Terre et Capital (2021) et Exploiter les vivants (2023)

30 mai 18h-20h          
Pierre Crétois, docteur en philosophie, auteur aux Éditions Amsterdam de La part commune (2020) et La copossession du monde (2023)