Programmes Interstices

Coordination : Prénom NOM (Ecole - Nom Laboratoire), Prénom NOM (Ecole - Nom Laboratoire), Prénom NOM (Ecole - Nom Laboratoire)

Liste des membres des programmes interstices

 

Depuis l’automne 2020, EVS lance chaque année un appel interne pour explorer des fronts de recherche et financer des projets émergents.
Ces projets doivent aborder le thème fédérateur du laboratoire « Acteurs et actants du changement ». Collectifs, ces projets Interstices doivent regrouper plusieurs membres de l’Unité, appartenant à des ateliers différents.
Ils peuvent porter :

  • Une action émergente visant à produire des données de recherche primaires (terrain, archives, sources documentaires), et/ou une réflexion préliminaire (séminaire de recherche collaboratif) en vue de monter un programme de recherche ou de structurer un réseau ouvert sur l’extérieur d’EVS.
  • Une action de recherche proposée par un.e chercheur.e ou enseignant.e-chercheur.e nouvellement arrivé.e au sein de l’Unité, et dont les thématiques ne sont pas encore structurées au sein d’un atelier.
  • Une action transversale qui interroge nos pratiques de recherche, notamment autour des questions suivantes : science ouverte, empreinte environnementale de nos recherches, sciences transformatrices.

Projets Interstices 2022

Nom du Projet Porteurs du projet Présentation scientifique
Changements environnementaux, anthropisation et agriculture, une approche par la micromorphologie de sols du Tigray Oriental (Éthiopie) Ninon Blond Ce projet interroge les impacts des changements environnementaux et de l’anthropisation sur l’usage des sols, en particulier l’agriculture, dans le Tigray Oriental (Éthiopie). Il vise à identifier d’éventuels usages agricoles de dépôts sédimentaires en fond de vallées. Ce questionnement s’insère dans une démarche interdisciplinaire, mêlant archéologie, géomorphologie et pédologie. Cette action s’inscrit dans la dynamique de la plateforme technique de litholamellage à OMEAA et contribuera à consolider la compétence de micromorphologie au sein d’EVS.
Le Temps des Communs Arthur Guérin-Turcq Ce projet vise à impulser une dynamique d’échanges sur les communs, dans le sillage des travaux scientifiques d’Ostrom aux Etats-Unis, de Dardot et Laval en France. Les communs proposent une nouvelle approche des questions socio-environnementales qu’il s’agit d’approfondir et de critiquer. Le débat scientifique renouvelé qu’impose l’étude des communs se construit de manière interdisciplinaire, de la sociologie du droit à l’économie politique, en passant par la géographie radicale et l’histoire des politiques publiques environnementales. Le projet propose une entrée principale mais non exclusive sur l’environnement et sa prise en compte au niveau de l’action publique. « Le Temps des Communs » a le souci d’une ouverture sur des acteurs extérieurs à l’Université, des collectifs d’usagers qui bâtissent de nouvelles manières de faire en « commun ».
Roule galet ; les galets roulés dans le bâti de la région lyonnaise comme marqueur géomorphologique des extensions glaciaires au Quaternaire Romain Delunel L’utilisation de galets roulés comme matériel de construction dans le bâti traditionnel et antique est caractéristique des régions de piémont à l’ouest des Alpes. Ces galets constituent à la fois un objet patrimonial typique du bâti des régions lyonnaise et dauphinoise, et représentent un échantillon de marqueurs sédimentaires et paléo-environnementaux des oscillations climatiques du Quaternaire. Ce projet vise à utiliser la répartition spatiale du bâti en galets roulés pour cartographier les environnements sédimentaires et l’extension des glaciers en périphérie du « lobe lyonnais » (plateau des Dombes, collines de la Croix-Rousse et de Fourvière). Centré autour de l’objet « galet roulé », le succès de ce projet résidera dans la mise en commun des compétences et positionnements scientifiques des chercheuses et chercheurs d’EVS dont la culture et les disciplines scientifiques sont variées et complémentaires (urbanistes, cartographes, géomorphologues et géo-archéologues).
Patrimonialisation des minéraux précieux (PMP) Gilles Raveneau Les processus de patrimonialisation sont actuellement au cœur d’un ensemble de dynamiques de changements politiques, culturelles, environnementaux, etc., qui engagent aussi bien des acteurs multiples (individus, associations, ONG, institutions nationales ou internationales comme l’UNESCO) que des actants (les « objets » eux-mêmes qui sont patrimonialisés – êtres animés ou inanimés – à qui on reconnaît une certaine force et souvent une biographie) et des dimensions variées : patrimoines culturel, naturel, matériel et immatériel ,etc. Les minéraux précieux sont emblématiques de cette situation et se trouvent à l’interface de ces dynamiques. L’ensemble des liens que nous tissons avec le règne minéral fait l'objet d'analyses bien souvent séparées, entre anthropologie, archéologie, histoire, géographie, géomorphologie et minéralogie. De nombreuses filières lithiques s'organisent autour de l’extraction de minerai pour un usage industriel, faisant oublier que d'autres relations à la terre que l'extractivisme sont possibles. Des marchés mondiaux se sont constitués autour de la collecte de minéraux pour leur vertus esthétiques, muséographiques et patrimoniales, thérapeutiques, astrologiques ou « magiques ». Ces minéraux peuvent donc être considérés comme précieux pour différentes raisons et engager des processus divers de patrimonialisation.
Problématique des cyanobactéries du Lac de Devesset : Montage d’un réseau/projet et suivi de la qualité des eaux du lac Françoise Girardot Depuis 3 ans, le lac de Devesset en Ardèche est soumis à des proliférations de cyanobactéries toxiques conduisant à des interdictions de la baignade. Les activités agricoles et un défaut d’assainissement dans le bassin versant du lac, ont apporté les nutriments nécessaires (phosphore surtout et azote). La hausse des températures dans le contexte du changement climatique et la désoxygénation du lac l’été favorisent ces épisodes dont la fréquence est appelée à augmenter. Les élus des communes gestionnaires du lac de Devesset, regroupés au sein du SIGLD et les organismes chargés du suivi de la qualité du lac (syndicat de rivière Eyrieux Clair, agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Agence Régionale de Santé) sont à la recherche de solutions rapides à cette problématique. Le levier majeur étant la réduction/suppression des intrants phosphorés et azotés, ceci exige l’entente avec les agriculteurs. Il s’agit de déterminer précisément les causes des proliférations algales à Devesset (i) impact respectif de la charge phosphorée interne et externe, quantification des flux de nutriments (ii) facteurs de déclenchement et leur nature, de manière à dégager un plan d’action concerté et accepté puis suivre l’impact de sa mise en place sur le lac et ses activités. L’idée est de parvenir à créer un réseau apportant les compétentes nécessaires à une approche holistique de la problématique, à collecter des retours d’expérience sur d’autres lacs et définir une stratégie de suivi du lac pour l’année 2022.
Remote sensing soil processes and health for improved Carbon sequestration (ReSSPHICS) Mathieu Fressard Les sols sont un élément clé des écosystèmes terrestres et fournissent de multiples services écosystémiques. La perte de carbone organique du sol due à l’agriculture intensive et au changement climatique constitue une menace majeure pour gestion durable de la ressource. Dans une logique d’atteinte de la neutralité carbone échelle européenne à horizon 2050, la séquestration du carbone organique dans les sols constitue un levier d’action important nécessitant l’identification de pratiques agricoles favorables. Les approches actuelles de terrain ou par télédétection satellitaire ne permettent qu'une compréhension limitée de la nature, de l'échelle et de la variabilité spatiale de la distribution carbone du sol. Ceci limite notre capacité à proposer des diagnostics précis sur les effets des changements climatiques et des pratiques agricoles, de manière à limiter les pertes, voire à augmenter les stocks. Ce projet propose de développer des méthodes de suivi fin par télédétection embarquée sur drone (imagerie hyper-spectrale et lidar) pour dériver les principaux paramètres physico-chimiques des sols afin de mieux caractériser les pratiques favorables au piégeage du carbone. L’objectif est de se placer sur une échelle spatiale intermédiaire entre l’analyse ponctuelle de terrain/laboratoire et les analyses globales par télédétection satellitaire pour assurer une meilleure continuité entre les échelles de travail. Ce projet s’appuie sur un partenariat franco-britannique associant l’UMR 5600 (ateliers socio-écosystèmes et spatialités numériques) et l’Université de Hull (département de Géographie, de Géologie et de l’Environnement).

Projets Interstices 2021

Nom du Projet Porteurs du projet Présentation scientifique
Le Covid-19 : frein ou accélérateur des mutations d’un quartier de centre-ville ? L’exemple de la Guillotière Dominique Chevalier, François Duchêne, Thomas Zanetti Ce projet de recherche s’insère dans une triple actualité : la volonté de prendre en compte le rôle et le jeu des actants et d’une pluralité d’acteurs·rices dans les recherches du laboratoire, la pandémie mondiale que nous traversons depuis le mois de décembre 2019, et l’intérêt que les membres d’EVS impliqués dans cet appel ont pour le quartier de la Guillotière.
Recherche-création : expériences et potentialités Olivier Givre Les rapports entre chercheurs et artistes, recherche et création sont à la fois un champ fréquenté et peu exploré. Dans le paysage foisonnant et parfois fragmenté des pratiques croisant approches scientifiques et artistiques, la notion de recherche-création (RC), actuellement en fort développement, retient notre attention car elle repose sur le postulat que l’artiste est aussi chercheur/enquêteur, et le chercheur est créateur/concepteur. Au lieu de considérer l’artiste comme traducteur du chercheur ou le chercheur comme ressource pour l’artiste, la RC explore les interactions, les hybridations, les porosités qui émergent de leur rencontre, engageant ainsi une réflexion sur les frontières de nos propres pratiques et postures.
Actions publiques et inégalités sociales à Villeurbanne Karine Bennafla, Judicaëlle Dietrich, Antoine Laporte Ce projet vise à aborder le large champ de l’action publique et la manière dont elle permet de se confronter à la question des inégalités sociales, particulièrement aigües dans les milieux urbains. Nous comprenons l’action publique comme un ensemble d’initiatives, émanant d’échelons de décision institués (Etats, régions, collectivités locales) et dont l’efficacité ou l’inefficacité parfois suscite l’émergence d’autres acteurs du territoire (milieux associatifs, collectifs citoyens, tous types de réseaux informels). Le terrain envisagé porterait principalement sur la commune de Villeurbanne. Un tel terrain se justifie par les mutations rapides qu’il connaît sur le plan social, notamment avec l’arrivée de nouvelles populations et une gentrification sur les franges sud et ouest de la commune. Une entrée porterait sur les dynamiques scolaires, une deuxième sur le commerce une troisième sur les accès aux services fondamentaux pour des personnes en situation de marginalité.
Séminaire « Mobilités quotidiennes et études urbaines » Matthieu Adam Cette action visera à dévoiler ce que les lunettes des études urbaines peuvent apporter à la compréhension des mobilités quotidiennes, et vice versa. En adéquation avec le thème fédérateur d’EVS, les mobilités quotidiennes seront à la fois approchées par leurs actants – aménagements, lois, procédures, réseaux, informations, catégories de pratiques et de politiques publiques, etc. – et par leurs acteurs – usagers ou utilisateurs, acteurs politiques, services des collectivités et des États, syndicats de transport collectif, entreprises des services de mobilité, bureaux d’études et cabinets d’ingénierie, associations, etc. Les études urbaines sont comprises ici dans une double dimension objectale et critique.
Actions scientifiques en parallèle du International Conference on the History of Cartography Bernard Gauthier, Enali de Biaggi La Conférence internationale sur l'histoire de la cartographie [ICHC] est la seule conférence scientifique consacrée exclusivement à l'avancement des connaissances sur l'histoire des cartes et de la cartographie. Depuis 1964, la conférence promeut une coopération et une collaboration mondiales libres et sans entraves entre les cartographes de toutes les disciplines universitaires, les conservateurs, les collectionneurs, les marchands et les institutions par le biais de conférences illustrées, de présentations, d'expositions et d'un programme social. Les conférences ont lieu tous les deux ans et sont administrées par des organisateurs locaux en collaboration avec Imago Mundi Ltd (https://www.maphistory.info/ichcintro.html). La candidature de Lyon a été retenue pour 2023, après Amsterdam en 2019 et Bucarest en 2021.