Soutenance de thèse – Diego Miralles Buil – 8 septembre 2022

Soutenance de thèse de Diego Miralles Buil
Jeudi 8 septembre 2022

« La conquête du logement.
La reterritorialisation des politiques de logement en Espagne depuis 2008 : de l’action publique régionale et locale à la réappropriation territoriale habitante »

Le 8 septembre 2022, Diego Miralles Buil, doctorant en géographie à l’Université Lumière Lyon 2 et à l’UMR EVS 5600, soutiendra sa thèse à 14h.

Lieu de la soutenance : Salle des Colloques (Palais Hirsch, rez-de-chaussée), Campus Berges du Rhône de l’Université Lyon 2. (18 quai Claude Bernard, 69007 LYON). Voir plan du campus ici (https://www.univ-lyon2.fr/medias/photo/planbdr_1655374955585-jpg?ID_FICHE=2642).

La soutenance aura lieu en présentiel et sera suivie d’un pot de thèse (buffet), au Salon Lirondelle (Palais Hirsch, rez-de-chaussée). Les places étant limitées (50), si vous comptez y assister merci de vous inscrire sur ce lien : https://framadate.org/tuIjYVelmttTLDUm.

Usine autogérée de Can Batlló, un exemple de commun urbain (quartier de La Bordeta, Barcelone) – Diego Miralles Buil, juin 2017

Afin de permettre à chacun·e d’assister à la soutenance dans de bonnes conditions sanitaires, il est conseillé de prévoir un masque dans les espaces confinés.

Composition du jury :

Nacima Baron, Professeure des universités, Université Gustave Eiffel, Rapporteure
Claire Carriou, Professeure des universités, École d’urbanisme de Paris – UPEC, Examinatrice
María A. Castrillo Romón, Maîtresse de conférence, Université de Valladolid (Espagne), Examinatrice
Lydia Coudroy de Lille, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2, Directrice de thèse
Patrice Melé, Professeur des universités, Université de Tours, Rapporteur
Richard Pointelin, Docteur en Géographie, Urbaniste indépendant, Expert

*
*         *

Résumé :

La crise de 2008 a mis en évidence les limites du modèle immobilier espagnol caractérisé par une forte prédominance de la propriété privée et l’absence d’un parc social locatif. Dans ce contexte, cette thèse de géographie sociale et politique analyse le processus de reterritorialisation des politiques de logement en Espagne afin d’appréhender l’actuelle reconfiguration des acteurs de l’habitat aux niveaux régional et local. En analysant les synergies, les accords mais aussi les conflits et les tensions entre les acteurs publics, privés, associatifs et habitants, la thèse met l’accent sur la pluralité de ces politiques. Bien qu’elles s’inspirent des pays du nord de l’Europe, elles témoignent avant tout d’accords négociés localement entre les différentes forces politiques et sociales en présence. Suivant la spécificité de l’organisation territoriale espagnole, la thèse propose une analyse croisée de quatre régions (Catalogne, Andalousie, Communauté de Madrid et Euskadi), tout en donnant une place centrale aux villes et notamment au cas barcelonais, pionnier dans l’intégration des dynamiques habitantes à la fabrique de la ville, notamment par le développement des coopératives d’habitation. Ce travail aborde aussi la géopolitique du logement et son rôle dans les reconfigurations territoriales à l’œuvre en Espagne (régionalisme, indépendantisme, etc.). Enfin, cette thèse analyse les initiatives habitantes de réappropriation collective du logement et du territoire, les actions publiques-militantes basées sur le concept de commun ainsi que les stratégies municipalistes et communalistes. Elle entend donc saisir les mutations du rapport à l’espace et au territoire des populations et du politique sur le thème de l’habitat, aux échelles régionale et locale.

Mots-clés : Espagne ; Barcelone ; logement social ; géopolitique ; habitat coopératif ; régionalisme ; (re)territorialisation ; mouvements sociaux ; communs ; municipalisme ; gouvernance urbaine.

Contact : Diego.MirallesBuil @ univ-lyon2.fr