Soutenance de thèse – Pierre Colin – 13 décembre

13 décembre – Soutenance de thèse de Pierre Colin :
“Les frontières : une question socialement vive à enseigner. Exemple du lycée professionnel”

 

Le 13 décembre, Pierre Colin, doctorant en géographie à l’UMR EVS 5600 de l’Université Lumière Lyon 2, soutiendra à 14h en salle ATH 045 (Campus Berges du Rhône), sa thèse intitulée « Les frontières : une question socialement vive à enseigner. Exemple du lycée professionnel », réalisée sous la direction de Dominique Chevalier.

Source : Pierre Colin

Composition du Jury :

  • Dominique CHEVALIER, Maîtresse de conférences – HDR, Université Claude Bernard Lyon1 – INSPÉ
  • Isabelle LEFORT, Professeure, Université Lumière Lyon 2.
  • Caroline LEININGER-FRÉZAL, Maitresse de conférences – HDR, Université de Paris (Rapporteuse)
  • Olivier MENTZ, Professeur, Université des Sciences de l’Éducation, Freiburg.
  • Olivier MORIN, Maître de conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 – INSPÉ
  • Bernard REITEL, Professeur, Université d’Artois
  • Anne SGARD, Professeure, Université de Genève. (Rapporteuse)

Résumé :
« Monsieur, il faut fermer les frontières, et vite ! », tels sont les mots de l’un de mes élèves suite aux attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait de nombreuses victimes. Les frontières cristallisent les tensions et sont fréquemment au centre de l’actualité, ce que confirme l’exemple de la crise sanitaire liée au COVID-19. Terme polysémique, la « frontière » recouvre des réalités diverses pour une multitude d’acteurs. Il est, par ailleurs, très délicat de lever les ambiguïtés autour de sa définition. De fait les frontières divisent au sein de la société : leurs gestions, leurs utilisations, leurs existences même sont sujets à débats. Ces frontières sont présentes dans l’actualité mais aussi à l’école au travers des programmes scolaires et des questions proposées dans les concours de recrutement des enseignants d’histoire-géographie et de Lettres-Histoire. Les particularités des frontières et leurs existences à l’école en font une question socialement vive dont il convient de prendre en compte les spécificités pour lui assurer un traitement didactique adéquat. Nous abordons dans cette recherche doctorale la question socialement vive des frontières dans un cadre didactique : en conséquence l’analyse se situe par rapport aux savoirs. Ces savoirs sont multiples, de natures variées, et leurs interactions sont nombreuses. En situant notre travail en géographie, l’analyse du rapport au savoir s’inscrit en premier lieu sur le rapport au monde des élèves, autrement dit leurs géographicités. Cette géographicité est amenée à évoluer en raison des thèmes abordés à l’école ; or les frontières sont créatrices de géographicité. En outre, cette recherche s’inscrit dans un lieu particulier : le lycée professionnel. Lieux de formation de la plupart des ouvriers et des employés de demain, les lycées professionnels accueillent des élèves aux profils particuliers puisque ces derniers s’inscrivent dans un projet professionnel précis dès leur entrée au lycée. L’école n’est pas le seul lieu d’apprentissage de ces élèves qui sont pendant 22 semaines en période de formation en entreprise au cours de leur cursus de baccalauréat professionnel. Plus ou moins scolairement dominés, ces jeunes entretiennent avec l’école des relations souvent conflictuelles.
Cette thèse propose d’étudier les frontières dans le cadre scolaire du lycée professionnel et de présenter des pistes didactiques exploitables en classe pour aider les enseignants à gérer cette question socialement vive si particulière.

Résumé :

Mots-clés : Frontière – Question Socialement Vive – Didactique – Rapport au savoir –Géographicité – Démarche – Vivacité – Débat – Géographie scolaire.

Contact : pierre.colin@ac-nancy-metz.fr