Soutenance HDR de Françoise GIRARDOT

Titre : Réponses de bactéries de l’environnement aux changements de leur milieu : de l’adaptation des individus à la résilience des écosystèmes

Mercredi 20 octobre à 14h à l’IUT de Saint Etienne (Amphi blanc, E151)

Les travaux de thèse de Françoise Girardot ont concerné l’étude de l’adaptation de la  bactérie psychrotrophe Arthrobacter globiformis à des chocs froids, via l’étude de sa synthèse protéique. Puis, entre 2007 et 2014,  sa recherche a été tournée essentiellement vers les légionelles, et en particulier de leurs formes viables non cultivables générées par les traitements censés les éradiquer. L’accès à un nouvel outil technique (new generation sequencing, NGS) lui a donné l’opportunité de passer de l’étude de l’adaptation de populations à des stress thermiques, à l’observation de communautés bactériennes résilientes (?) de friches industrielles polluées.

Dans le cadre des ateliers socio-écosystèmes et santé environnement de l’UMR, son projet pour le futur est de s’intéresser aux pathogènes qui pourraient devenir très préoccupants dans un contexte de changement climatique, comme les cyanobactéries qui prolifèrent au lac de Devesset en Ardèche et les légionnelles devenues première cause de maladies hydriques dans les pays développés.

Jury :

Mme la professeure Sophie JARRAUD, Praticienne Hospitalière, UMR INSERM U851, Université Claude Bernard Lyon1, directrice du Centre National de Références des Légionelles – Rapporteuse.

M le professeur Pierre LE CANN, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, département santé-environnement-travail et génie sanitaire (DSETGS) et laboratoire d’étude et de recherche en environnement et santé (LERES) – Rapporteur.

Philippe NORMAND, Directeur de recherche CNRS, UMR CNRS 5557, Université Claude Bernard Lyon1 – Rapporteur.

Mme la professeure Séverine ALLEGRA, UMR 5600 EVS, Université Jean Monnet

Mme la professeure Virginie CHASLES, UMR 5600 EVS, Université Jean Monnet