Dictionnaire critique de l’Anthropocène – CNRS Editions, 2020

Le Dictionnaire critique de l’Anthropocène est piloté par le Groupe Cynorhodon dont deux membres (Philippe Pelletier, Didier Soto) font ou ont fait partie de l’UMR 5600. Parmi ses cent cinquante auteurs, une quinzaine sont actuellement membres de l’UMR EVS ou l’ont été (Matthieu Adam, Marie Augendre, Victoria Chiu, Thierry Coanus, Émeline Comby, Samuel Depraz, Judicaelle Dietrich, Romain Garcier, Stéphane Héritier, Isabelle Lefort, Olivier Leroy, Victoria Leroy, Pauline Massé, Philippe Pelletier, Didier Soto, Thomas Zanetti).

Si les changements environnementaux liés à l’humanité ne font aucun doute, leur ampleur et leurs conséquences ne sont pas si faciles à évaluer. Pour le savant, il s’agit d’établir les liens de causalité et les impacts avec le plus de précision possible, puis de poser un diagnostic. Le présent dictionnaire s’appuie sur le concept récent d’« anthropocène », qui a le mérite, qu’on l’approuve ou non, de relancer la réflexion sur les rapports entre nature et société, entre constat scientifique et action politique, à travers une approche spatiale et territoriale. Procédant de façon critique, et fruit d’une démarche collective, cette vaste entreprise éditoriale se fonde sur une pratique de terrain, attentive aux détails et méfiante à l’égard des discours pré-établis.
Parmi les 330 notices, plusieurs thèmes sont au cœur des débats contemporains (biodiversité, changement climatique…), d’autres se réfèrent à des courants de pensée (écoféminisme, transhumanisme…). Les concepts mobilisés abordent des questions politiques (capitalocène, justice environnementale…), philosophiques (catastrophes, Gaïa…), ou épistémologiques (finitude, population…). Des notions classiques sont réinterrogées (nature, ressource…), tandis que des concepts sont précisés (biosphère, écosystème…).
D’autres notices discutent de mécanismes environnementaux (érosion, tsunami…), de pratiques récentes (agroécologie, ville durable…), de phénomènes territorialisés (déforestation, désertification…) ou d’artefacts (aéroport, autoroute…). Certaines examinent des lieux emblématiques (Amazonie, Fukushima…). D’autres, enfin, offrent un regard original sur l’anthropocène, sa faune (chien, ours…), ses mutations socio-économiques, institutionnelles ou politiques (biopiraterie, ZAD…).
Un dictionnaire de référence sur un concept devenu incontournable.

Lien vers la présentation par Philippe Pelletier