L’équipe

Annuaire des membres du laboratoire

Arnaud Bellec

Post doctorant Universite Lyon 3L’armature verte de la Métropole de Lyon : visualisation, évolution et connectivité d’un paysage urbanisé
Travail EVS-CRGA 18, rue Chevreul 69007 Lyon Cedex Site internet: Webarmature – Observatoire diachronique du territoire lyonnais

Mots clefs :
Système d’Information Géographique, Télédétection, Géovisualisation, Occupation du sol, Très Haute Résolution Spatiale, Données spatio-temporelles, Aménagement du territoire, Ecologie urbaine, Pluridisciplinarité

Présentation synthétique :Ma thèse de doctorat portait sur l’analyse spatiale, temporelle et écologique de la Métropole de Lyon entre 1984 et 2015 (voir résumé ci-dessous). Elle proposa une méthodologie d’analyse de l’armature verte urbaine (1) à partir de la capitalisation d’images du territoire lyonnais à différentes résolutions spatiales (30 m., 20 m., 1 m.) issues de données multi-sources, multi-capteurs et multi-temporelles (Landsat, Spot, Orthophotographies) ; (2) l’analyse de ces données par les outils de la télédétection (occupation du sol THRS – OBIA) a permis de rendre compte de l’évolution spatiale et temporelle des espaces végétalisés de la métropole de Lyon à l’échelle cadastrale, tout en intégrant la détermination de l’accessibilité des espaces verts publics pour les citoyens ; (3) l’ensemble des données, capitalisées, traitées et analysées, étant open source, celles-ci sont visualisables sur la plateforme de diffusion, http://www.webarmature.fr, créée dans le cadre de la thèse.

Extrait de travaux – Projet de recherche ARMATURE : Dynamiques spatiales, temporelles et écologiques de la Métropole de Lyon : Déterminer, évaluer et diffuser les résultats de recherche portant sur les armatures vertes.
Extraction d’illustration du poster présenté au colloque Théo Quant 2019.

 

Actuellement en post-doctorat à l’Université de Lyon, rattaché à l’UMR 5600 EVS et à l’UMR 5023 LEHNA , je mène conjointement deux travaux de recherche.
Un premier projet, financé par l’IdExLyon, porte sur la création d’une Plateforme Open Data de visualisation Spatialisée (PODS) des données et résultats de la recherche. Il s’agit ici de développer un outil web permettant de diffuser facilement les savoirs académiques à l’attention des scientifiques, des acteurs du territoire, des entreprises privées et de la société civile.
Le second projet s’inscrit dans la continuité du travail de thèse à travers quatre axes majeurs : (1) constituer la cartographie de l’évolution de la végétation de la Métropole de Lyon pour la période 1950-1980 à travers les outils du deep-learning, (2) détecter et dater automatiquement des haies périurbaines depuis 1950, (3) identifier la connectivité fonctionnelle des espaces végétalisés à l’échelle d’une maille d’un mètre, et (4) poursuivre le développement de la plateforme http://www.webarmature.fr.

Plus généralement, mes activités de recherche portent d’une part (1) sur la cartographie, la caractérisation et l’analyse des espaces végétalisés le long des gradients d’urbanisation à déférentes échelles (quarter, pôle de vie, ville, agglomération, région urbaine) et d’autre part (2) sur la valorisation des travaux de recherche sur le web, qu’ils soient à forte composante géographique (webmapping – cartographie dynamique) ou non (graphiques dynamiques et interactifs).

A l’interface entre différents champs académiques, mes travaux sont issus de la pluralité scientifique – pluridisciplinarité – et permettent de conjuguer : Géographie et Ecologie.

 

Résumé de thèse :
L’armature verte urbaine rassemble tous les éléments de végétation contribuant à répondre aux défis majeurs associés à l’Anthropocène, comme l’adaptation au changement climatique, la préservation de la biodiversité, l’infiltration des eaux pluviales ou l’amélioration de la santé des populations. Une cartographie précise des espaces végétalisés urbains fait aujourd’hui défaut bien que les données spatiales issues de capteurs aéroportés soient disponibles depuis de nombreuses années. De ce fait, il est aujourd’hui difficile d’évaluer la fonctionnalité des armatures vertes.
Pour répondre à ce besoin d’évaluation, il s’est agi, dans le cadre d’étude de la Métropole de Lyon, (1) de cartographier le territoire à un mètre de résolution spatiale entre 1984 et 2015 en utilisant une procédure orientée objet, (2) d’évaluer l’évolution de l’armature verte et (3) de rendre ces cartographies disponibles sur une plateforme web dédiée, créée de toutes pièces, (www.webarmature.fr).
D’après les résultats obtenus, il ressort que les surfaces végétalisées de la métropole sont comparables à celles d’autres agglomérations de même rang, mais que l’accès de la population à cette végétation est très inégalement réparti. Par exemple, seul 11 % des habitants disposent d’un espace vert de plus de 2 ha à moins de 5 minutes de chez eux. Souvent sous-estimés dans les politiques urbaines, les jardins des particuliers représentent deux fois la surface des espaces verts publics, et devraient faire l’objet des mêmes questionnements, quant à leur valeur pour la mitigation climatique ou pour la biodiversité. L’évaluation de l’armature urbaine ne s’arrête pas à sa cartographie, mais doit conduire à l’explorations de sa perception à déférentes échelles spatiales, pour déférents acteurs (habitants, professionnels et autres organismes vivants) et selon plusieurs mesures de bien-être physique, mental et culturel.