Les thèses

Afficher tous

Stéphanie Thorin

Doctorante Université Lyon 2Titre de la thèse : Analyse spatio-temporelle des écosystèmes humides (zones laguno-deltaïques, mangroves, sebkhas…) du littoral d’Arabie orientale à l’Holocène moyen en relation avec les sociétés du Néolithique (6200-2200 BCE).
Travail Laboratoire IRG – Bureau EE02 – 5, avenue Pierre Mendès-France 69676 – Bron Cedex Site internet: Thèses.fr

Information biographiques

Atelier(s) et /ou plateforme(s)

Atelier 5 – Changements environnementaux

Atelier 8 – Recherches géomatiques

 

Domaines de recherche

Géoarchéologie des littoraux.

Analyse spatio-temporelle des écosystèmes humides (mangroves, sebkhas, zone laguno-deltaïques) du littoral est omanais à l’Holocène moyen en relation avec les communautés du Néolithique côtier (6200-2800 BCE).

 

Présentation synthétique des recherches

Mes travaux portent sur les relations homme/environnement au cours de l’Holocène moyen le long du littoral de la mer d’Arabie au Sultanat d’Oman. La continuité des archives archéologiques et sédimentaires de cette zone désertique nous offre la possibilité d’étudier les interactions entre le climat, les écosystèmes et les peuplements humains sur près de 4 millénaires. Par la réalisation d’analyses sédimentologiques, paléoécologiques, géochimiques & géophysiques sur différentes séquences sédimentaires côtières, mes recherches ont pour objectifs 1) de restituer la paléogéographie du littoral est arabique, 2) de construire un scénario climato-environnemental à très haute résolution et 3) d’associer les dynamiques paléoenvironnementales  aux stratégies d’implantation et d’adaptation des sociétés préhistoriques dans une perspectives socio-environnementale.

 

Programmes et réseaux de recherches

Membre de l’ANR NéoArabia « Analysis of sustainability and reorganisation of Arabian Coastal Neolithic Socioecological systems during the Mid-Holocene Period (6.2-2.8 Ka BC) » coordonnée par Jean-François Berger (DR-CNRS).

 

Formation et distinctions

Diplômée du Master 2 recherche « Interface Nature Sociétés » de l’Université de Lyon 2