Les thèses

Afficher tous

Nolwenn Le Goff

Doctorante Université Lumière Lyon 2Titre de la thèse : « Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle. » (direction : Veschambre V. et Maumi C.)
Travail Bureau : Chercheur 3, Le Rize, 23 rue Valentin Haüy, CS 30038, 69625 Villeurbanne cedex Téléphone professionnel: 04 37 57 17 17 Site internet: Blog hypothèse Site internet: Academia Site internet: Research Gate Site internet: Thèses.fr

Information biographiques

Atelier(s) et /ou plateforme(s)

Atelier 3 : Urbanisation et anthropoconstruction

Atelier 8 : Recherches géomatiques

 

Domaines de recherche

Mots-clés : Temporalités (Temporalities). Processus (Process). Pérennité (Sustainability).  Obsolescence. Transformation. Transition.  Bâtiment existant (Existing building). Domaine public (Public domain). Equipement public (Public  buildings). Patrimoine du XXe siècle (Twentieth Century Heritage). Histoire de l’architecture (Architectural history). Morphologie urbaine (Urban morphology). Typo-morphologie (Architectural Typomorphology). Histoire sociale (Social History).

Thèse : « Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle. »

Directeur de thèse : Vincent Veschambre, Laboratoire EVS, composante EVS-Laure

Co-directrice de thèse : Catherine Maumi, Laboratoire MHA-evt (les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires)

Blog du laboratoire

Co-financement : Ministère de la Culture (Bureau de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère) et Ville de Villeurbanne

Établissement d’inscription : École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, 3 Rue Maurice Audin, 69120 Vaulx-en-Velin, Tél. : 04 78 79 50 50

 

Présentation synthétique des recherches

Mes travaux portent sur l’évolution des édifices publics ordinaires au XXe siècle, leurs conditions d’émergence, de pérennisation et d’adaptation ; ainsi que les temporalités complexes dans lesquelles ils s’inscrivent. Il s’agit de se donner les moyens de penser la transformation progressive des parcs d’édifices publics, au gré de l’évolution des besoins sociaux des territoires, des contraintes et enjeux propres à différentes périodes du XXe siècle.

Ma thèse se propose d’analyser cette dynamique spatiale et temporelle autour du cas d’un parc de 165 établissements recevant du public gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif. Le projet de thèse interroge donc les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité de ces édifices. (Thèse.fr)

 

Principaux enseignements

2018 : Cours dans le cadre du Module « Ethique de l’architecture » à l’ENSAL.

 

Formation et distinctions

1994 : Baccalauréat B (Economique et social), mention Bien

1998 : Diplôme National d’Arts Plastiques (Ecole Régionale des Beaux-Arts de Rennes), Mention Très Bien avec les félicitations du Jury

2005 : Diplôme d’Architecte DPLG  (Ecole Régionale d’Architecture de Bretagne), Mention Très Bien avec les félicitations du Jury

 

Expériences professionnelles en bref

2005 : Agence d’architecture Frédéric Haesevoots, Bruxelles

2006 : Agence d’architecture Yves-Marie Maurer, Rennes

2007 : Agence d’architecture Isabelle Hiault, Rennes

2008 : Agence d’architecture Sud architectes, Lyon

2009 – 2016 : Chargée d’opération de mise en accessibilité des bâtiments existants, Ville de Villeurbanne. Maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre.

2016 – 2017 : Technicienne de recherche au Rize, Ville de Villeurbanne

 

En savoir plus :          https://cv.nolwennlegoff.fr/