Comment monter et descendre dans les échelles temporelles en dépassant la dichotomie temps long/temps court ? – 05 novembre 2019

L’atelier 5 est heureux de vous convier à un séminaire consacré à la question de la complémentarité des échelles temporelles. Organisé par Étienne Cossart et Brian Chaize, ce séminaire s’intitule Comment monter et descendre dans les échelles temporelles en dépassant la dichotomie temps long/temps court ? Nous vous donnons rendez-vous de 09h30 à 12h30 le 05 novembre prochain à la plateforme OMEAA située sur le campus « Porte des Alpes » de l’Université Lumière Lyon II.

A titre informatif, voici le programme détaillé de cette demi-journée :

10h00-10h30 : Accueil des participants

10h30-11h15 : Étude de la transformation millénaire des hydrosystèmes normands. Identification d’héritages géomorphologiques pour une meilleure gestion contemporaine de ces cours d’eau.

Axel Beauchamp – Géoarchéologue (Service archéologie du Conseil Départemental du Calvados) & Chercheur associé (CNRS UMR 6554 – Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique – Caen)

L’histoire holocène des cours d’eau normands révèle la multiplicité des transformations d’origine anthropique et/ou climatique de ces systèmes. À tel point que leurs formes et leurs fonctionnements actuels semblent en grande partie hérités. Les politiques contemporaines de restauration écologique des cours d’eau ne prennent que très peu en compte cette histoire sur la longue durée. Au cours de cette présentation, on montrera comment la compréhension des évolutions sur la longue durée au travers d’études pluridisciplinaires menées dans la vallée de la Seulles permet de mieux saisir les processus hydrosédimentaires qui l’animent aujourd’hui.

Vannes d’irrigation abandonnées dans la plaine alluviale de l’Orbiquet, Calvados (© A. Beauchamp)

11h15-12h00 : Comment pratiquer l’interdisciplinarité pour répondre à la dichotomie temps long/temps court de l’Anthropocène ? L’exemple des trajectoires temporelles des pollutions chimiques dans l’hydrosystème fluvial.

Hugo Delile – IRSTEA & Chercheur associé (CNRS UMR 5133 – Environnements et sociétés de l’Orient ancien – Lyon)

Le concept d’Anthropocène jouit aujourd’hui d’une image quelque peu contrastée dans la sphère scientifique en raison d’opinions radicalement opposées sur le sujet, en balance entre un concept « fourre-tout » et un optimisme incontrôlé accumulant sans cesse les regards. Or, ce concept nécessite intrinsèquement le croisement de ces regards puisqu’il émerge de la coévolution entre l’Homme et son environnement. Au cours de cette présentation il s’agira d’illustrer, par l’exemple des trajectoires temporelles des pollutions chimiques dans l’hydrosystème fluvial, comment l’interdisciplinarité peut être considérée comme un outil capable de télescoper les temporalités et les spatialités inhérentes aux processus d’urbanisation considérés ici comme un traceur/driveur de l’Anthropocène.

Photographie aérienne du bassin hexagonal du port romain d’Éphèse, Turquie (© H. Brückner)

12h00-12h30 : Discussions et conclusion du séminaire