De l’acte d’abandon des déchets vers un partage des responsabilités dans la gestion des résidus solides au Brésil : application à la ville de Fortaleza

Décharge sauvage à Fortaleza, Brésil ©M. E. De Araujo, n.d.

Lundi 25 juin 2018, à 14h30, salle de réunion du département GCU, INSA Lyon-bât. E. Freyssinet, 8 rue des sports, 69 621 Villeurbanne

Soutenance de thèse de Maria Eulaidia DE ARAUJO

Mme De Araujo présentera sa thèse en Géographie, aménagement et urbanisme, intitulée « De l’acte d’abandon des déchets vers un partage des responsabilités dans la gestion des résidus solides au Brésil : application à la ville de Fortaleza ».

Le jury sera composé de :

  • Chantal BERDIER, maître de conférences HDR, INSA de Lyon, Directrice
  • Zulmira Áurea Cruz BONFIM, Professeur, Université Fédérale du Ceará (Brésil), Co-directrice
  • Yamna DJELLOULI, Professeur, Université du Maine, Rapporteur
  • Cyrille HARPET, Professeur, École des Hautes Études en Santé Publique, Rapporteur
  • Joacio DE ARAUJO MORAIS, Professeur, Université Fédérale de Paraíba (Brésil), Examinateur

Résumé :

Cette recherche vise à mieux comprendre ce que signifie le déchet pour les personnes qui le créent, le génèrent et le gèrent. A partir de l’étude d’un double système, formel et informel, de production et de gestion des déchets, il s’agit d’une invitation à questionner notre responsabilité et nos actions (ou absence d’action) et d’interroger la cohérence entre penser, sentir et agir. Ce lien entre pensée, sensation et action, un changement de comportement est-il possible chez chaque individu face au déchet, et en parallèle et par conséquent dans la façon d’aborder sa gestion. Ce questionnement se matérialise par la mise en évidence du concept « d’acte d’abandon du déchet » dans les espaces urbains, avec un regard sur les « dépôts sauvages ».

L’analyse sera centrée sur la ville de Fortaleza au Brésil, ville touristique, capitale de l’État de Ceará. Au-delà de l’objet déchet en lui-même, l’approche considère l’ensemble des acteurs, des fonctions et espaces impliqués dans sa production et le partage de sa gestion. Une combinaison méthodologique : approche interprétative, psychologie de l’environnement, rudologie et cartographie croisée des dépôts sauvages (révélateurs  de l’acte d’abandon) et des caractéristiques des acteurs. Interroge les évolutions des politiques de gestion des déchets au Brésil dans leur complexité. Dans le sillage de l’établissement de la Politique Nationale Brésilienne sur les Résidus Solides en 2010, des nouvelles potentialités émergent et permettent d’entrevoir un cercle vertueux autour du déchet comme vecteur de transformation sociale et environnementale, ce qui constitue l’envers des significations et des perceptions aujourd’hui attachées au déchet. Les disparités infra-urbaines reflètent en effet cette mise à l’écart du déchet et demeurent fortes, avec des déchets rejetés des zones patrimoniales et touristiques, et relégués dans les quartiers périphériques précaires. Cependant, l’étude fine du circuit du déchet et des acteurs qui y sont associés permet de mettre en évidence une valorisation potentielle par une gestion partagée, sur les plans économique, environnemental et  social, fondée sur l’existant.

Mots clés :

Déchets ménagers, acte d’abandon, comportement, acteurs sociaux, “catadores”, deposeiros, politique publique, psychologie social de l’environnement.