6ème RDV « Bien-être & Nature en ville »

Vendredi 13 janvier 2017

9h15-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007 LYON

Prévoyez un pique-nique que nous pourrons partager pour poursuivre nos échanges.

Titre du séminaire : Bien-Être aux Suds : Corps & Esprit

Avec : Tamara WENISCH, responsable développement Ayurveda (Centre Thalassothérapie de Carnac)

José GONZALEZ, chercheur anthropologue (UMR 5600 EVS)

Animation : Pauline TEXIER, géographe (UMR 5600 EVS)

Présentation du séminaire

Ce séminaire s’adosse à un module d’enseignement de master MEMED « Mondes émergents, mondes en développement » (Lyon 3 et ENS), intitulé « Bien-être aux Suds ».

Toute la semaine, les étudiants suivent des interventions approfondies autour de cette thématique, avec une intervention de Lise Bourdeau-Lepage sur les théories et mesures du bien-être, Octavie Paris sur le Buen Vivir en Equateur et en Bolivie, ainsi que des réflexions sur bien-être au logement au Brésil, puis José Gonzales sur le bien-être chez les indiens Yakis au Mexique, enfin Tamara Wenisch, sur l’Ayurveda et le Yoga comme clefs du bien-être au cœur du Soi.

Nous retrouverons vendredi matin ces intervenants pour une courte présentation de leurs travaux, suivie d’une discussion autour des différentes conceptions du bien-être dans différents cadres culturels du monde, en comparant ce qu’est le bien-être, l’accès inégal au bien-être, les liens entre bien-être spirituel et corporel, et comment le bien-être peut être un moteur social pour améliorer les conditions de vie collectives.

Cette approche comparative nourrira un axe de réflexion naissant de notre Atelier 1, qui tente en effet de tisser les liens entre bien-être et résilience sur les territoires. Nous interrogerons donc les manières de considérer le bien-être comme un levier dans la construction de la résilience des individus et des groupes d’individus, et les outils d’accompagnement que l’on peut créer à partir des concepts, notamment ceux d’Amartya Sen sur les capabilities et ceux mobilisés par Wisner et al., sur l’accès aux ressources et les moyens d’existence pour faire face aux chocs.

Nous réfléchirons également à la lueur d’un cas concret de terrain, celui d’une association de femmes, Histoires de Femmes, ancrée à Pierre Bénite, commune exposée au risque industriel et se caractérisant par des difficultés sociales et économiques. Cette association propose une prise de confiance en soi et de conscience de soi à travers des activités liées au bien-être corporel féminin. Des transformations et bienfaits ont été générés dans leurs liens familiaux et sociaux à l’échelle du quartier.

(Invitation de Saloua HANZOUTI, une représentante de l’association, en cours, non confirmée, ou déplacement possible à Pierre Bénite le jeudi après-midi ou le vendredi après-midi).